Top 10 Hellenic NS Black Metal songs

These are the top-ten best Hellenic NS Black Metal (NSBM) songs:

  1. Bannerwar – Fatherland
  2. Stutthof – Wampyric Metamorphosis
  3. Bannerwar – To Aima ths Fylhs
  4. Naer Mataron – Zeus (Wrath of the Gods)
  5. Black Winter – Hellenic War
  6. The Shadow Order – Raise The Banners
  7. Necromantia – Ancient Pride
  8. Wolfnacht – Wotans Auge
  9. Darkthule – The Lightning and the Sun
  10. Legion of Doom – Narjiniians Eternal Winter


Top 10 Hellenic NS Black Metal songs

The forgotten Wehrmacht children in Greece


Historian and psychologist Dr. Kerstin Muth has researched the troublesome issue of Wehrmachtskinder in Greece – that is, the Greek children of Wehrmacht soldiers during the Axis occupation of Greece (1941-1944), in her book “Die Wehrmachmacht in Griechenland und ihre Kinder” (Wehrmacht in Greece and its children)”.

The specific number of  Wehrmacht children in Greece is unknown, since the issue has for years been a tabboo. There are no official figures and there is a climate of silence around the issue, yet Muth estimates that at least there are 200. It is a low number, and the reason might be that most pregnancies were aborted before birth on fears of stigmatization. Some historians even claim that the Orthodox Church helped women get abortions. «This is definitely a field that some historian should research», says Muth.

While there is plenty of information about the children in Norway, «which is very organized on the subject and which gave the women and children psychological support»,  France or the Netherlands, there is very little information in Greece or Italy.

But one thing is known: as in the Netherlands or France, these children and their mothers were subjected to public humiliation. Frequently, they heard on the street that they have a Wehrmacht father, or as they were called «γερμανομπάσταρδος» (Greek for “German bastard”). The mothers were discriminated against as well and the children suffered because of the stigmatized mother and the frequently unknown father. Quite often, the mothers blamed the children for their bad situation, while ironically, the absent father was frequently idealized.

Until recently, the existance and experience of the German soldiers’ children by Greek mothers have been kept on the sidelines. In 2006, a TV show on the Greek TV approached the issue. A few newspapers articles have been published, like this one (“Seeking the ‘children of the Wehrmacht’”) and this one (“The children of the Wehrmacht”). And a new documentary by  German filmmaker Thilo Pohle is under works. And las year, after publishing her book, Muth gave a conference about this issue at the Goethe Institut in Thessaloniki, Greece. Muth explained her research and the interviews she conducted with Greeks born of a German soldier during the occupation.


Muth said she was lucky in the case of Greece because, with the help of the Evangelical community, she found a 60-year-old woman in Thessaloniki who confided in her. And she has some information about another person in the city, who does not wish to speak out, however. «It is difficult to bring up such a past. These people have been through hell in one form or another. Most of them guessed but their mothers never told them. They encountered discrimination at school, in the neighborhood, from relatives, everywhere”.

She could interview a number of Greek Wehrmacht children. Their experiences vary. Some of them complain that “Nobody told me anything for sixty years”, while others “always knew that I was German”. Some were able to meet their fathers in Germany, while others would never want to meet them.

indicate that the children were exposed to discrimination, stigmatisation
and violence due to the fact that their fathers belonged to the enemy.

How difficult it is to break such a taboo is demonstrated by the fact that even after five newspaper articles and one television film in 2006 only two children contacted her. Muth’s research was based on six studies, and the experiences of these six children of Wehrmachtssoldaten confirm what we has been seen in other countries. The children often grew up with secrecy surrounding their biological origin; they often lived in poverty with stigmatisation of being born out of wedlock in addition to being a “German bastard”. Muth argues that although the family constellations of the persons she interviewed differed, all seem psychologically damaged due to the discriminations they had experienced.

Despite this, in Greece the life stories of the Wehrmacht children is still a taboo and most Greek Wehrmachtskinder stay silent.


The forgotten Wehrmacht children in Greece

Greek Odhinn

This artpiece, which looks like Odhinn, is located at the workshop of Ioannis Papastafidas, a Greek folk artist living in the small village of Alevrou, in the region of Laconia in Southern Greece (near Sparta). Papastafidas is an obscure wood artisan who makes ξυλόγλυπτων [xyroglypton], a branch of Greek traditional folk art based on wood. All of the work of this unique craftsman is inspired by nature and the local fairy tales, and he transforms small daily objects into wood masterpieces.

Greek Odhinn

The Greek Language’s Compoundability

The most distinctive characteristic of the Greek language is its powerful compound-constructing ability. The speaker is able to combine basic or derived terms in order to construct new, yet perfectly understandable compounds that express in one word what other languages would express in an entire clause, or even an entire sentence. This linguistic mobility is largely absent from Latin and its offspring languages.

In the Homeric language, Thetis — the mother of Achilles, is described as “δυσαριστοτόκεια”, dysaristotokeia, meaning “she, who to her own bad fortune, gave birth to the best”, in pure Modern Greek — “πικρολεβεντομάνα”, pikroleventomana. Some languages are able to express such a complex meaning naturally in one word, others have different mechanisms (see polysynthetic languages for extreme examples).

Compound constructional capability, as is found in Greek, is frequently imitated by modern languages such as French and English in order to produce monolectic compounds; this is often done by actually using Greek roots (e.g. biology < biologie < bios + logos, Micromégas < mikros + megas ) or by applying imported Greek rules to foreign words. For that reason Greek-derived words predominate in the language of science, particularly of the natural sciences, e.g. physics, chemistry, biology, geography, medicine, etc.

It has been speculated by scholars that due to this specific flexibility, Greek and German (another European language famous for its compound construction) have been the languages of philosophy, and that Plato’s ideas had pre-existed in Greek, in the same way that Meister Eckhart’s thoughts had in German.

The Greek Language’s Compoundability

Aube dorée – Dans l’esprit de l’Hellade

This is a rather old (February 1998) interview with a Golden Dawn (Chrysi Avgi) member in French language. It was made by Kerry Bolton and published at his New Zealand-based National Socialist magazine ‘The Nexus’. In this interview, Peter, a member of the Central Committee at Greek national-socialist movement Chrysi Avgi, answers some questions.


Chrysi Avgi (Aube dorée) peut-il être décrit comme un mouvement NS au sens hitlérien, or s’inspire-t-il spécifiquement de la tradition grecque tout en reconnaissants les mérites de tels mouvements du passé ?

Je répéterai à cette question en répétant deux phrases de Hitler. La première se trouve dans Mein Kampf, où ce grand leader déclare : « La civilisation que nous créerons durera mille ans, parce qu’elle alliera la pensée hellénique à la pensée germanique ». La seconde est la réponse à une question du fameux général SS belge, Léon Degrelle. A la question : « Mein Führer, que sommes-nous ? », Hitler répondit : « Nous sommes tous des Grecs… ». Cette phrase remarquable est mentionnée par le général Degrelle lui-même dans une lettre à notre leader Mr. Mihaloliakos quelques années avant la mort du premier.

Pour résumer, nous voyons le NS non seulement comme un mouvement politique créé par Hitler pour servir les besoins d’un peuple spécifique (le peuple allemand, dans ce cas) à une époque spécifique, mais aussi comme l’expression moderne de l’ancien génie hellénique. Je recommande à vos lecteurs de lire La République de Platon et de s’informer sur la pensée grecque ; alors ils comprendront pleinement ce que je dis ici : le NS a ses racines loin dans le passé, à l’aube de notre civilisation aryenne et c’est effectivement une philosophie hellénique ! Je dois ajouter que le philosophe NS moderne David Myatt a pleinement reconnu ce fait dans ses divers ouvrages.

Pouvez-vous nous parler de la création de Aube dorée?

Aube dorée fut constitué en décembre 1980, avec la publication du premier numéro de notre magazine. Les membres fondateurs étaient un petit groupe de NS qui, justement du fait de leur âge, n’avaient pas été impliqués dans des groupes antérieurs. Aube dorée fut le premier groupe NS en Grèce après la seconde guerre mondiale, puisque tous les groupes existant antérieurement étaient plus des groupes de droite que du NS pur. Au début et précisément à cause du caractère NS de notre magazine, beaucoup des soi-disant groupes « nationalistes » de Grèce accusèrent Aube doréed’être « allemand » et « prédirent » que nous n’arriverions à rien. Aujourd’hui, dix-sept ans plus tard, Aube dorée est toujours là et plus fort que jamais, et tous ces conservateurs de droite sont retournés dans leurs confortables living-rooms pour parler de « révolution pacifique » !

Que représente le nom « Aube dorée » ?

Aube dorée représente l’aube d’un nouvel âge pour notre race qui conduira notre peuple hors de l’obscurité sioniste. Elle a été choisie pour montrer exactement sous quelle tyrannie mentale nous vivons : nous souffrons sous le talon de fer du système sioniste, nous sommes persécutés, mais assurons-nous par notre combat que notre Aube Dorée attendue depuis si longtemps n’est plus éloignée !

Quel est le passé du fondateur de Aube dorée ?

Notre leader Nikolas Mihaloliakos, avant la fondation de Aube dorée, était un membre du parti politique « 4 août », un groupe opérant en Grèce dans les années 60 et 70, et tirant son nom du régime du général Metaxas. N. Mihaloliakos était responsable de la section de jeunes du parti et grâce à lui les rues n’étaient pas du tout sûres pour les communistes à cette époque ! Après la chute du régime des colonels en 1974, Mihaloliakos (faisant alors son service militaire comme officier cadet de liaison) fut arrêté pour avoir « posé des bombes » dans des véhicules de membres importants du parti communiste et – sans preuves, puisque la police chercha des armes et des explosifs dans sa maison et ne trouva rien – fut envoyé en prison pour 18 mois.

Etant donné que la Grèce fut envahie à la fois par l’Italie fasciste et par l’Allemagne NS en dépit de sa neutralité et même de la position pro-Axe du régime de Metaxas, quelle est la perception générale du fascisme et du NS parmi le peuple ? Votre mouvement rencontre-t-il beaucoup d’hostilité de la part des gens ordinaires ?

Oui, il est vrai que notre pays fut envahi à la fois par l’Allemagne et l’Italie, et en effet les troupes allemandes commirent des crimes contre la population. Mais je dois vous rappeler que l’Allemagne fut obligée d’envahir la Grèce après l’attaque injustifiée de l’Italie (une attaque qui ne fut pas approuvée par Hitler) et après l’assassinat du général Metaxas par les services britanniques dans le but de stopper toute tentative de compromis entre les belligérants, et pour faire entrer la Grèce dans la guerre aux cotés des Alliés.

CA est un mouvement politique moderne qui apporte des réponses à des problèmes comme l’économie, l’éducation, la religion, et qui parle à la jeunesse d’aujourd’hui ; il ne se sent pas obligé de s’excuser pour des actes du passé qui n’ont pas été commis par ses membres. Nous aimons notre pays, mais nous avons notre idéologie et les deux choses ne peuvent pas être séparées.

Existe-t-il un problème racial ou d’immigration en Grèce contre lequel Aube dorée fait campagne ? Y a-t-il des lois sur les relations raciales comme en Grande-Bretagne et en Nouvelle-Zélande, cherchant à étouffer le débat sur les questions raciales ?

La Grèce fait face à l’un des problèmes majeurs du monde blanc aujourd’hui, et c’est le flot irrésistible (?) d’immigrants du Tiers Monde, causant non seulement des problèmes économiques et sociaux mais menaçant aussi la stabilité raciale de la nation. Dans les trois ou quatre dernières années, plus d’un million (!) d’immigrants ont envahi la Grèce, causant une augmentation de la criminalité de 80% et provoquant du chômage parmi les travailleurs grecs.

Je dois ajouter ici que le chômage n’est pas causé seulement par l’immigration mais surtout par les capitalistes qui utilisent ces malheureux pour travailler 10 ou 12 heures par jour sans sécurité sociale et, plus important, ils les payent avec des salaires inférieurs à ceux accordés aux travailleurs grecs.

Dans notre pays il n’y a pas encore de lois sur les relations raciales. Récemment lors d’un référendum à l’échelle nationale, plus de 75% de la population a été d’accord pour que les immigrés soient expulsés du pays, en dépit du lavage de cerveau des médias à l’échelle mondiale sur l’égalité raciale, etc.

Le magazine « Hrysi Avgi » parle beaucoup de l’héritage païen de la Grèce. Aube dorée est-il un mouvement spécifiquement païen, ou accepte-t-il aussi les chrétiens ?

HA est un mouvement NS et pense que toute religion qui ne nuit pas aux intérêts vitaux de notre race ou nation est tolérable. Dans notre magazine il est naturel que nous parlions de notre ancien passé païen, car nous sommes fiers de ce que nous sommes. En effet, je crois personnellement que tous les peuples européens doivent revenir à la religion de leurs ancêtres ; des religions remplies d’héroïsme et de tous ces éléments qui caractérisent notre race aryenne. Il faut reconnaître qu’un Juif au visage pâlot sur une croix peut difficilement inspirer une âme européenne – quelle contradiction avec une sculpture de Breker ou une statue de dieu grec !

Mais il est honnête de dire qu’un grand nombre de membres de Aube dorée sont chrétiens. Comme je l’ai dit, tant qu’une religion ne se met pas en travers de la route des buts de la nation, elle est, en dépit de notre désaccord, acceptable. La « Christian Identity » aux Etats-Unis est un exemple typique. Je répéterai cependant à titre personnel que de mon point de vue, le NS et le christianisme sont non seulement antithétiques mais aussi idéologiquement ennemis.

Etant donné le fort sentiment religieux orthodoxe en Grèce, les sentiments néo-païens souvent exprimés par Aube dorée ne le coupent-ils pas des autres nationalistes grecs ?

Oui, en Grèce l’Eglise orthodoxe a joué un rôle important durant les 400 ans d’occupation turque et a été l’un des facteurs qui ont gardé vivant de sentiment nationaliste. Je dois aussi souligner la grande influence de l’ancienne religion dans un grand nombre de coutumes orthodoxes chrétiennes, en pourcentage supérieur à toute autre secte chrétienne. C’est l’une des choses qui permit à la nouvelle religion de survivre dans notre pays, durant ses premières années cruciales. De toute façon, nous sommes certainement en désaccord avec les autres nationalistes de droite (non-NS) sur cette question, mais cela ne nous empêche pas de mener la guerre contre le Système. Notre principal but doit être d’écraser le Nouvel Ordre Mondial maintenant, et pas de nous combattre stupidement les uns les autres sur de telles questions. Tous les activistes NS, en dépit des croyances religieuses, doivent travailler ensemble contre le sionisme et le capitalisme. Quand nous aurons gagné, croyez-moi, nous aurons le temps de résoudre ces désaccords internes.

Peut-il y avoir un accord entre Grecs et Turcs ? Beaucoup de Turcs se considèrent comme faisant partie de l’Europe, et il y a eu quelques forts mouvements NS turcs. Considérez-vous ces Turcs comme des camarades nationalistes européens ?

Je sais que beaucoup de camarades à l’étranger ne sont pas aussi bien informés qu’ils le devraient. Je lis dans un soi-disant magazine NS britannique un éloge nécrologique pour le chef d’un parti nationaliste turc où ce dernier est appelé « un grand ami de notre cause ». Comment cela est-il possible ? Comment un Turc peut-il être un NS ? Le NS est un mode de vie conçu par des Aryens pour des Aryens. Les Turcs sont arrivés de Mongolie au VIe siècle et étaient des barbares, sans civilisation ; ils étaient l’une des nombreuses tribus mongoles nomadisant en Asie Centrale. Comment cette race non-aryenne peut-elle être considérée comme faisant partie du monde blanc par certains NS ? Oui, certains Turcs sont peut-être nationalistes, mais cela ne veut rien dire… Mao aussi était un grand patriote pour les Chinois. Et alors ? Les Turcs ne sont pas des Européens et doivent être rejetés dans les profondeurs de la Mongolie à laquelle ils appartiennent, et c’est la tâche des NS grecs, et aussi de tout camarade sérieux ici. Celui qui soutient des mouvements turcs est un traître à notre race.

Aube dorée a présenté des candidats lors des élections européennes, et obtenu 12.000 votes en 1994. Quelle est la conception de l’Europe de Aube dorée ?

Notre Europe est l’Europe basée sur les liens du sang entre les peuples blancs de notre continent. C’est une Europe imprégnée du sang du million de volontaires de la Waffen SS qui combattirent ensemble sur le front de l’Est pour notre race et nos nations. C’est une Europe inspirée de la vision de Charlemagne, de Yockey, de Hitler, de Degrelle. C’est la conception de l’Europe que nous soutenons.

La Communauté européenne d’aujourd’hui basée sur les relations économiques, sur la Bourse, sur l’Ecu, n’est pas notre Europe et nous nous considérons comme son plus mortel ennemi.

Quant à la nature de ce continent européen, nous voyons l’Europe comme une confédération raciale, avec tous les peuples aryens ayant une vision commune inspirée par leur héritage commun, sans aucun des conflits internes qui ont conduit nos peuples à se massacrer les uns les autres dans le passé. De plus, les petits différends territoriaux entre peuples aryens doivent être dépassés. Plus jamais de guerre mondiale entre Européens pour le profit du sionisme.

Des militants de Aube dorée ont combattu avec l’armée serbe alors que d’autres NS venant de divers pays ont combattu avec les Croates. De tels conflits en Europe semblent fratricides, en particulier quand des nationalistes européens combattent dans des camps opposés. De tels conflits peuvent-ils être évités ?

Nous avons combattu du coté de l’armée serbe parce que nous considérions que les intérêts de notre pays seraient servis au mieux par une victoire serbe. Nous nous sentions aussi obligés d’aider un peuple attaqué par le Système, un peuple persécuté par tous les ennemis de notre race (ONU, USA, médias mondiaux…). Je pense que les camarades qui combattirent avec les Croates étaient motivés par le fait que durant la seconde guerre mondiale les Croates étaient les alliés de l’Allemagne. Cependant, j’aimerais savoir ce que ressentirent ces camarades quand des consultants militaires israéliens et américains aidèrent l’armée croate à organiser sa principale attaque contre l’armée serbe en Bosnie.

Quelle est la position de Aube dorée sur l’homosexualité, étant donné que certains nationalistes homosexuels citent souvent l’homosexualité dans la culture hellénique comme une justification de leur propre attitude ?

C’est un sujet très souvent mal compris par beaucoup. L’ancienne Grèce était totalement opposée à l’homosexualité et il y avait de nombreuses lois strictes à Sparte, Athènes et dans d’autres cités, qui punissaient de mort toute tentative de promouvoir des relations entre hommes. En tant que NS, nous obéissons aux lois de la nature et toute tentative de les violer doit être vue comme un acte contre l’ordre de la nature. Nous ne pouvons en aucun cas accepter l’homosexualité comme une simple « préférence sexuelle différente ».

Aube dorée semble avoir une forte influence dans le Black Metal. Aube dorée considère-t-il qu’une telle culture contemporaine soit apte à faire revivre le génie hellénique ?

Aube dorée est composé principalement de jeunes désirant combattre pour leur race. Parmi eux il y a un grand nombre de « Metalers ». Je considère personnellement la Heavy Metal comme étant la seule musique blanche de notre époque, principalement parce qu’elle est écrite exclusivement par des Blancs et adressée à des Blancs. Vous ne vous demandez pas pourquoi il n’y a pas de Noirs parmi les fans de Metal et pourquoi il n’y a pas de groupes HM noirs ? Bien sûr, je ne peux pas dire que la musique HM soit la meilleure manière de faire revivre notre passé mais je vois en elle certains éléments qui, si nous les regardons bien, peuvent faire et feront progresser notre cause.

Pendant les années 30, le général Metaxas semble avoir mis en œuvre de nombreux traits de corporatisme fasciste et cherchait à faire revivre le génie hellénique. Aube doréeconsidère-t-il le régime de Metaxas comme un prédécesseur politique du nationalisme grec ?

Le régime de Metaxas fut la seule tentative de constituer un Etat basé sur l’éthique NS ou plus précisément sur l’éthique fasciste. Le général Metaxas était réellement un grand homme et un génie militaire pour son époque. Et il tenta réellement de créer une plate-forme radicale pour la transformation de la société grecque. Nous devons le critiquer, cependant, pour sa répugnance à s’opposer au roi Georges II, un agent britannique et le principal facteur qui conduisit la Grèce dans la seconde guerre mondiale. Metaxas comprit très tard le rôle du roi Georges et tenta de négocier par le biais de l’Allemagne NS une paix séparée avec l’Italie vaincue, mais il était trop tard. Quelques jours plus tard il fut assassiné par des agents des services britanniques.

Le régime des colonels des années 70 fut rejeté dans le monde comme un simple régime militaire conservateur et réactionnaire, cependant il semble avoir mis en œuvre certaines mesures sociales progressistes et certains aspects du corporatisme comme les conseils d’usines. Aube dorée considère-il le régime des colonels comme un effort nationaliste légitime, du moins en partie ?

Le dénommé régime des colonels entre 1967 et 1974 fut simplement un régime militaire de droite sans aucun fondement idéologique pour assurer ses convictions. Par exemple ils n’avaient aucune idée sur les questions raciales ; leur anticommunisme aveugle les conduisit à croire que les USA étaient les « protecteurs du monde occidental libre », ils eurent des relations diplomatiques avec Israël, etc. Comme vous pouvez le comprendre, ce régime n’avait rien à voir avec l’Etat NS pour lequel nous combattons, bien que nous devons reconnaître la tentative de promouvoir quelques mesures sociales réellement importantes et leurs intentions réellement bonnes. Ils étaient des patriotes, ils aimaient leur pays, mais malheureusement ils ne furent pas assez habiles pour transformer à temps leur Etat militaire en un Etat nationaliste, et plus important, en un Etat social.

Pouvez-vous nous dire quelque chose sur les plans futurs de Aube dorée ?

Aube dorée s’est présenté aux élections parlementaires l’année dernière, comme un moyen pour « compter notre force » et donner une réponse à la sale guerre menée contre nous par les médias. Nous avons maintenant 12 bureaux dans 12 villes ; nous publions un journal hebdomadaire. Récemment nos membres à Salonique ont eu de très sérieux accrochages avec la police, lorsqu’ils attaquèrent avec succès de nombreux businessmen et industriels grecs et turcs qui organisaient un meeting pour promouvoir « l’amitié gréco-turque », les obligeant à quitter la salle et à annuler le meeting ! Pour les mois à venir nous prévoyons de trouver un plus grand siège à Athènes et à développer notre Front de Jeunesse.

Quelle est la nature des activités de Aube dorée ?

Nos activités sont maintenant davantage orientées vers le front de la propagande, ce qui signifie soit la franche action de rue, soit la distribution de notre littérature et de notre journal. Nous organisons aussi des discours hebdomadaires dans nos sièges des villes et notre prochain grand objectif est d’unifier un Front de Jeunesse bien discipliné et militant de tous les nationalistes et NS. Enfin, notre troisième congrès est en préparation et nous attendons plus de 1.500 personnes.

Quelle est votre propre position dans Aube dorée ?

J’appartiens au Comité Central et je suis membre de Aube dorée depuis 1992. Malheureusement à cause de mes études en Italie je ne peux pas rester longtemps en Grèce, mais quand je suis ici j’écris pour nos journaux et j’aide à l’organisation du Front de Jeunesse.

En conclusion, j’aimerais vous remercier Mr. Bolton, car vous nous donnez l’opportunité de toucher des camarades qui n’ont pas entendu parler de la situation ici.

Aube dorée – Dans l’esprit de l’Hellade